mercredi 30 janvier 2019

La Hyène et les Moutons Jaunes


Jeune hyène égoïste, ambitieuse et perfide,
Eut vent que des moutons, comme c'est tradition,
Élisaient président, pour guider leur nation,
Il n'en fallut pas plus pour qu'animal décide,
À se rendre séant dans la contrée des loups,
D'autant qu'en eux vit elle, une parenté floue…

Elle eut soin de porter un fin déguisement,
En la peau d'un mouton mangé précédemment,
Pour feindre ainsi l'ovin et venir dans un champ,
Où paissait un troupeau en plein questionnement…

Elle étendit l'oreille au milieu des compères,
Pour sonder l'opinion et mener ses affaires,
Maline en politique et choses de pouvoir
Aiguisée à mentir et pleine de savoir,
Elle se présenta, en ces temps difficiles,
Comme une alternative sans conteste meilleure,
Au front du populisme engendrant grande peur,
Érigé en fascisme où la liberté meurt ;
Voulant fermer les prés à tous les prédateurs,
En faisant que l'ovin soit plus conservateur…

Tel fut bien le discours de la hyène sans honte,
Que sur un promontoire on voulut qu'elle monte :
"Je vous dis mes amis, que pour votre bonheur,
République qui marche, assurera valeur,
À chaque sacrifice comme à votre labeur,
Et qu'avec moi la gent ne vivra aucun leurre"…

Enivrés des propos du subtil carnivore,
Ce dernier, du mensonge et des peurs attisées,
Devint ainsi le chef du paisible herbivore,
Auquel il imposa réformes bien pensées,
Puis bientôt le grever d'un agneau prélevé,
Pour honorer contrat signé dans le secret
Avec meute de loups en chair rémunérés,
Et prendre bénéfice à ces festins volés,
Aux malheureux moutons ainsi esclavagés…

Morale s'il y a dans l'histoire contée,
Est qu'un peuple se doit, pour être bien mené,
De s'assurer qu'un pair soit de cela chargé,
Et qu'à y déroger on sert cause étrangère
Qui bien souvent y a, des intérêts contraires.

Fin

(c) 2019 Gilles LesJaunes - Tous droits réservés et utilisation interdite sans autorisation préalable de l'auteur.