mercredi 9 janvier 2019

La Tonte des Moutons Jaunes



Mille moutons dressés à la Sécurité,
En puissant Ministère étaient organisés,
Pour être dans les champs et protéger les leurs,
Des attaques menées par les loups dévoreurs,

Leur travail était rude et bien peu reconnu,
Obliger au respect des lois n'est pas bien vu,
Des bien-pensants ovins qui se voient opprimés,
Par l’État souverain freinant leur liberté,

Et pour ces raisons-là, il en restait trop peu
Qu'il n'en fut plus qu'un quart sécurisant les lieux,
Les trois autres affectés à la bureaucratie,
Que ce fut un danger pour la démocratie,

D'autant qu'on demanda qu'ils tondent sans merci,
Tous les récalcitrants à cet ordre établi,
Délaissant simplement et les loups et les champs,
Sur les routes attendant ces nouveaux délinquants,

On tondit à tout va les laborieux moutons,
A la sortie des prés pour futiles raisons,
Et pendant ce temps-là s'organisaient les loups,
En hordes de malfrats pour asséner leurs coups.

On laissa les troupeaux bien seuls et sans défense,
Et leur sécurité fut confiée en urgence,
Aux intérêts privés et protections douteuses,
Profitant de l'aubaine pour les rendre coûteuses.

Et la justice aidant en punissant plus fort,
Mouton qui herbe croque en grossissant ses torts,
Que le loup criminel à qui l'on trouve excuse,
d'une enfance ratée dont celui-ci abuse…

On vit dans ces contrées troupeau désabusé,
Qui de l’État ne voit que le mauvais côté,
De prétexte usant pour renflouer des caisses,
Qu'il vide impunément sans aucune sagesse…

Si l'on pouvait tirer quelconque enseignement,
De cette histoire vraie et triste assurément,
Il faudrait qu'on en dise sans aucune pudeur,
Qu'un tel gouvernement n'a aucune valeur,
Puisque par le mensonge, il permet l'injustice.
Notre histoire a prouvé que souvent gens punissent,
De telles marionnettes au pouvoir suspendues,
En leur coupant la tête au moment convenu.

Fin

(c) 2019 Gilles LesJaunes - Tous droits réservés et utilisation interdite sans autorisation préalable de l'auteur.