dimanche 27 janvier 2019

Le Pou, La Tique et La Puce Jaune


Un vénérable pou, connu pour érudit,
Menait la discussion, avec ses deux amies,
Une tique bourgeoise et une puce jaune,
Sur l'étymologie que sa race façonne,
En devenant préfixe au langage des hommes,
Qu'il leur tint ce discours, sur tout le sens que donne
l'arthropode et les siens, à construire l'idiome :
"Voyez mes chères comme, à vivre sur sa tête,
Sommet de sa personne, et d'où l'on peut tout voir,
l'humain a associé, l'insecte malhonnête,
Parasite inutile au terme de Pou-Voir"…
La tique "parvenue", piquée dans son égo,
Rétorqua sur un ton de mépris dans ses mots:
"Il semblerait aussi, à voir comment se rient,
Tous ceux qui sont en "Haut", de leur peuple asservi,
Qu'il convient de savoir que le préfixe aussi,
Qualifie un état corrompu de Pou -rri"…
Puis dans sa suffisance poursuivre avec aisance,
Un exposé de faits, servis sans complaisance :
"Ne voyez-vous combien l'humain dans ses affaires,
s'identifie aux miens, tant, qu'il créa l'impôt,
Pris sans discernement, qu'à nous ils se réfèrent,
Prélevant pauvres gens, sans toucher les plus gros,
D'aucun n'a jamais vu tique sur éléphant,
Plus apte à s'accrocher à quelque chien errant…"
Enfin d'un air moqueur et de l'orgueil enflée,
Lança belle tirade au pou interloqué :
"Il s'agit là monsieur, de simple Poli-Tique,
Qui feint un intérêt, pour un peuple Apa-Thique,
Se gavant sur son dos, sans aucune autre  É-Thique,
Que de nourrir sans fin ses travers Égo-Tiques"…

Puce jaune entendit - qu'il en soit du préfixe,
Beaucoup moins usité, que du commun suffixe
- Qu'il n'est à cet endroit, aucun point de hasard,
À ce qu'un langage, trahisse tôt ou tard,
L'inconscient collectif, en de telles images,
Révélées à son cœur, pour la rendre plus sage…

Fin
 
(c) 2019 Gilles LesJaunes - Tous droits réservés et utilisation interdite sans autorisation préalable de l'auteur.