mercredi 9 janvier 2019

Les Moutons et l'iPomme d'Adam


Un mouton parisien, s'en vint un beau matin,
Dans ce causse lointain poussé par le destin.
Un mouton très urbain qui l'herbe plus ne broute,
Préférant le foin sec, biologique sans doute,
Arrosé de parfum, de luxe assurément,
De cachemire et soie habillé joliment,
Tatoué dans le cou pour être moins banal,
Il croisa un troupeau qu'il jugea bien rural…

Il les enseigna donc au sujet d'un réseau,
Où le symbole dièse est alors chant d’oiseau,
Où la face d'un bouc garde l'intimité,
En montrant aux badauds une pomme stylée.
En Éden soudain le champ fut transformé,
En antique serpent le bellâtre changé,
Qu'il fit grande impression avec ce fruit secret,
Connecté au divin paraissant cet objet...

L'ovin n'est point connu pour son intelligence,
Et il fut assez simple au dandy citadin,
D'en faire publicité au milieu des crétins,
Prétextant qualité pour en faire l'évidence,
Du monde de demain comme une référence,
Alliant pouvoir immense, classe à la bienséance…

Moutons, brebis, conquis, un remède y trouver,
Qu'ils eurent ce besoin à vouloir posséder
À prix d'or cette pomme à qui confier leur vie,
Et comme Adam et Ève à des paroles pris;
Son perfide langage ajoutant "i" aux mots,
D'i-Gnorance abreuva la foule des i-Diots.

Si leçon est donnée il faudrait que l'on dise,
Que Panurge a trouvé symbole à la bêtise,
Qu'il aurait pu marquer d'une pomme croquée,
Ses moutons insensés qui tous se sont noyés,
Qu'une mode asservit tout type de troupeau,
En menant l'imbécile, à se jeter à l'eau.

Fin

 (c) 2019 Gilles LesJaunes - Tous droits réservés et utilisation interdite sans autorisation préalable de l'auteur.